Exposition: TERRE SACRÉE / CHEZ SOI

Le cadeau d’un « coin de prière »

Au-delà de ses activités dans ses ses édifices et jardins, le Sanctuaire veut favoriser  la création de « coins de prière » dans les familles et autres milieux de vie. Comme pour Moïse au buisson ardent, une « Terre sacrée » où on se recueille, seul à seul ou à quelques-uns, pour un moment de rencontre avec le Créateur.

La pandémie nous a longuement privés des célébrations en communauté de foi. Plusieurs ont éprouvé une sensation de déconnexion spirituelle. D’autres ont trouvé le chemin de la Parole méditée. Sans remplacer l’eucharistie communautaire, ces espaces de contemplation en pleine nature ou dans l’intimité du foyer invitent à ralentir et plonger au creux de soi. Un besoin ressenti en notre temps par tous, non-croyants autant que croyants.

Une exposition d’œuvres d’artistes québécois et de photos de réalisations populaires  a lieu cet été au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, du 16 juillet au 22 août. Avec conférence publique sur l’historique de ces oratoires domestiques en diverses cultures. Un atelier aidera les familles désireuses de réaliser ce projet avec leurs enfants.

Exposition du 16 juillet au 22 août

16 juillet: 18h30 à 21h
17, 18 juillet: 13h à 17h
22 au 25 juillet: 13h à 17h
29 juillet au 1 août: 13h à 17h
5 au 6 août: 13h à 17h
Spécial Festival de l’Assomption
7 au 14 août: 13h à 19h 
19 au 22 août: 13h à 17h

*Il se peut qu’il y ait des changements d’horaire pendant le Festival.

 

Vendredi 16 juillet à 19h
Daniel Cadrin o.p., professeur et théologien, nous invitera à découvrir l’apport et la richesse des oratoires personnels dans la vie spirituelle au travers des époques.

Atelier créatif

À quoi ressemblerait votre Terre sacrée chez vous ?

Quand, pourquoi, avec qui iriez-vous dans ce lieu ? 

Suite à la visite de l’exposition, venez vivre un atelier de création d’un espace sacré chez vous. D’une durée d’environ 30 à 45 minutes, cet atelier de dialogue, de création et d’intériorisation vous permettra de créer une maquette de votre terre sacrée chez vous et d’en chercher le sens.

Bienvenue à toutes et tous !

L’atelier créatif pourra être vécu les samedis et les dimanches entre 13h30 et 16h30.
*Veuillez noter que le dimanche 15 aoûtil n’y aura pas d’atelier créatif.

Ivon Bellavance, artiste

Le Capteur de Grâces : Réparation

Cette œuvre-prière, dans un lieu de prière, symbolise notre désir à tous de reconnaissance et de réparation pour les Premières Nations du Canada. L’ouvrage est inspiré du « Capteur de rêve » autochtone qui, ici, est tourné vers le ciel pour attendre et capter les réponses divines, du monde et de tous les cœurs. Par sa forme il évoque la demande comme autant de bras tendu vers le ciel. Les 50 nations autochtones du Canada sont représentées ici par autant d’œufs de tortue suspendus par des fils rouge entrecoupés de fils noir. La tortue qui est l’Amérique du Nord pour les Premières Nations.

Le fil noir représente ici la période sombre de tentative d’annihilation de leur culture et de leur identité. Ce fil noir est aussi un appel à la vigilance contre tout acte d’annihilation. La plupart des fils reprennent les couleurs de la basilique dédié à Marie soit le bleu, le turquoise, le vert et le doré. Ces couleurs symbolisent aussi les valeurs cardinales de paix et d’espoir. Le fil rouge symbolise la vie sacrée qui coule dans les veines de tout être, dans le respect de toutes identités, la couleur rouge symbolise l’amour Agapè. La Réparation souhaitée et priée est symbolisée par la reprise du fil rouge attaché au fil noir au bout duquel est suspendu l’œuf de tortue. Le fils d’or à travers toute la structure représente les richesses d’échanges culturels et humains de tous les peuples de ce pays.

Cette installation in situ est présentée tout l’été dans la Basilique du Sanctuaire Notre-Dame du Cap.

N. B. Il est à noter que dans le projet de développement du Sanctuaire un volet consacré au dialogue interspirituel est mis de l’avant. Cette installation artistique propose d’entrer dans ce dialogue fait d’ouverture et de compréhension mutuelle.

Jacques Houle
Jacques Houle est religieux-prêtre chez les clercs de Saint-Viateur. Pendant ses études secondaires et collégiales, il fréquente à Joliette l’atelier de Max Boucher. Il y apprend le dessin, la peinture, la sculpture, la céramique et l’émaillage. Il s’est par la suite initié à la gravure à Paris avec Joëlle serve et explore l’univers de l’aquarelle en travaillant avec Albert Rousseau. Depuis, il privilégie ce médium rehaussé à la plombagine ou au crayon chinois, comme moyen d’expression. Depuis une trentaine d’années, il œuvre dans le domaine de l’Art sacré aménageant ou réaménageant des lieux de cultes et en créant des mobiliers liturgiques. Les techniques qu’il a apprises tout comme la réflexion plus théorique qu’il a du faire sont mises au service d’une dimension trop souvent oubliée: beauté, lieux et espaces construisent l’être chrétien.

Linda-Pierre Bélanger, Peintre et animatrice de retraites spirituelles par les arts
Pour moi, prier avec l’art me permet d’être à l’écoute de ce que Dieu a déposé en moi. Je me retrouve au rendez-vous de l’inspiration créative et cela, en me servant de matières picturales : acrylique, huile, crayons, etc. Le thème « Homme et femme à travers l’évangile » me permet d’être à la rencontre de Dieu et de me relier à Lui en découvrant le sens de la créativité et de participer à la création en empruntant un peu du regard de Dieu sur sa propre Création et ses Créatures. Je vis ainsi en communion par le geste appliqué sur une toile, dans une recherche de foi en laissant transparaître le mystère à travers les couleurs, les lignes et les formes figuratives et abstraites du tableau. Ma première toile sur bois est reliée à une thématique de 14 tableaux présentés sous le thème :  » À la croisée des quatre saisons, rencontre d’un Dieu abstrait et discret. »

https://youtu.be/DE0kOi6HTmc

Anne Marie Forest
Née à Lyon, Anne Marie Forest vit au Québec depuis 1982. Elle étudie aux Écoles des Beaux-Arts de Lyon, de Paris et à l’Université du Québec à Montréal. Elle travaille comme illustratrice pigiste pendant plusieurs années. Elle réalise aussi des murales : à l’école St. Anthony de Pierrefonds ; la peinture du chœur de l’église Saint-Émile à Montréal, du chœur de l’Église Ste Bibiane, et des panneaux muraux pour l’Église St Esprit de Rosemont. Elle vit la contemplation selon saint Ignace De Loyola, qu’elle traduit par le dessin. Elle est agente pastorale pour l’évangélisation par les arts dans la région de Lanaudière, et fait partie du groupe RACEF (Réseau d’Artistes pour l’Éducation de la Foi). Son approche repose sur des ateliers d’arts en lien avec la Parole de Dieu.

Michèle Desjardins
Je vais bientôt avoir 61 ans. Je réside dans le Bas St Laurent, à St André de Kamouraska. J’aime marcher dans la nature pour la contempler. C’est aussi un chemin de foi. Je suis d’origine amérindienne Algonquine de Maniwaki. Je me sens proche des personnes qui ont une âme d’artiste. Peindre pour moi c’est l’occasion de découvrir les profondeurs de la Parole, des événements de la vie de Jésus. Je me suis remise à la peinture en découvrant que dorénavant pour moi, peindre c’est prier. Quand je peins une scène biblique, ce n’est pas la performance technique qui compte pour moi, mais la foi que j’y imprime de façon spontanée. Après avoir médité les lectures du jour, rejoindre mon poste de travail et reconnaître, chaque matin, en peignant, la présence de Jésus en moi, qui se révèle par moi et qui EST avec moi.

Intérioriser, assimiler, savourer la Parole du Seigneur dans l’image de sa Vie que je peins.

Jean-Emmanuel Allard (manu)
De même que la vie se renouvelle par le miracle des naissances, de même que le souffle se fait présent au travers de la prière répétée, de même que l’action de grâce trouve sa plénitude lorsque qu’elle est sans cesse chantée à pleine voix, il me semble que les Mystères sont appelés à être réactualisés au travers de la pratique de l’image. Pour moi, dessiner une scène des évangiles, c’est l’incarner, c’est l’entendre résonner en profondeur, c’est lui donner vie aujourd’hui, ici même!

Kounlayvanh Sundara
C’est en m’inspirant de la lecture « Le Récits d’un pèlerin russe « que j’ai eu le désir de chercher à savoir : Comment peut-on prier sans cesse ? C’était en 2012.  Deux ans plus tard, Euréka! Je découvre le psautier avec lequel j’aime méditer.  Ma vie tourne autour de la table avec le restaurant. Pour moi, c’est un lieu de rencontre, où on vit de moments d’échanges et de partages. Le goût d’être ensemble. Voilà une façon concrète de prier sans cesse. Une manière de célébrer, de rendre grâce comme à l’Eucharistie.

« Tu es béni, Dieu de l’univers, toi qui nous donne ce pain
Tu es béni, Dieu de l’univers, toi qui nous donne ce vin »

Pétrir l’argile, tourner des assiettes, les graver d’Écriture Sainte et de psaumes, voilà qui actualise davantage mon désir de demeurer dans la Parole au quotidien. Amen

https://youtu.be/duRFtWSwZRk

Religieuse des Sœurs de Sainte-Croix, est diplômée en théologie pastorale et en arts visuels. Sa passion est d’intégrer des démarches artistiques dans le contexte des retraites et de l’accompagnement spirituel, avec la conviction que l’expression créative révèle la dimension sacrée de la vie des personnes et du monde, et favorise la rencontre avec Dieu. À ses yeux, l’inclusion des arts en tant que langage de l’âme dans les soins spirituels a donc son propre pouvoir de transformation où la nouveauté de vie est possible. Elle fait partie de l’équipe d’animation de la Villa Saint-Martin.

Marie-Claude Néquado
Marie-Claude est une Atikamekw de Manawan, une communauté amérindienne située au nord de la région de Lanaudière. Elle a grandi dans son village où elle a pu observer, appris, vécu leurs modes de vie, leurs différents rites et leurs activités traditionnelles. Les thèmes importants qu’elle aborde gravitent autour de l’identité culturelle, de la tradition amérindienne et de la spiritualité.  Elle étudie en Arts Visuels à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Et elle travaille avec différents médiums pour explorer les croisements des idéologies et les effets de la colonisation chez les Amérindiens. Elle enseigne les arts à l’école secondaire dans son village.

Réal Lauzon
Mon parcours d’artiste ? c’est une traversée !
On chemine au jour le jour. Sur la terre on est de passage, mais le Seigneur nous prépare une demeure. On emménage tranquillement dans le cœur de Jésus.Les pilotes en détresse en 1923 faisaient un appel au secours en répétant l’expression « Mayday, Mayday » (M’aider) Ma sculpture est donc un rappel de la prière comme appel d’urgence du navigateur en perdition. C’est un SOS adressé au ciel par Marie.

Mon travail d’artiste est une prière en soi. Une prière en 3D !

Pierre Lussier, Peintre
J’ai 74 ans et j’ai fait de la peinture ma profession il y a 50 ans après un cours classique et des études en cinéma. Je me suis intéressé aux techniques picturales anciennes et je suis allé les approfondir à Florence pendant trois ans.  L’art sacré a peu à peu pris de plus en plus d’importance dans ma vie au fil des années. J’ai eu l’opportunité de peindre des retables pour quelques églises et je suis à exécuter un cycle de fresques sur les fondatrices de nos communautés religieuses pour la basilique Ste-Anne-de-Beaupré.

Voici ma prière avant de commencer à peindre:

Esprit de vie, me voici pour répondre à ton appel de peindre une image de la beauté vivante de ton amour pour notre humanité en marche.  Daigne bénir mes mains, mes pensées et mon cœur pour que je puisse accueillir dans la clarté d’un cœur d’enfant le tableau que tu veux peindre à travers moi.  C’est ton œuvre avant  d’être la mienne.  Sans toi devant moi, je ne peux y arriver, car toi seul au cœur de mon âme détiens la vision de sainteté qui donne sens à ma peinture.  Que chaque élément de mon tableau soit lumineux de sainteté.  Et vous nobles peintres du ciel, mes amis, soufflez-moi vos idées et votre savoir afin que mes gaucheries soient transformées en beauté. Et maintenant, je me tais et  je m’avance dans Ta céleste danse.

Christian-Pilon
Études en arts à l’université du Québec à Montréal. Vit à Kamouraska. Réalisation et publication d’un livre sur l’Église Saint-Louis-de-France à Kamouraska. : Son histoire, son architecture, son mobilier et œuvres d’art sacré. Impliqué et présent pour la communauté. Les ateliers Art et foi m’ont aidé à rassembler ma créativité et ma foi que j’avais délaissées temporairement.

Colette Coughlin
Colette dessine depuis une vingtaine d’années et a fait ses études en littérature anglaise et études féminines. Représentante du groupe Dessin-prières de solidarité, Colette et ses collaborateurs et collaboratrices dessinent à partir de photos venues de partout au monde. Leur démarche s’engage à offrir un regard de compassion sur toute forme de souffrance en se mettant en prière et en solidarité avec nos frères et sœurs vivant des défis qu’on peut difficilement imaginer. Cette pratique contemplative est une forme d’accompagnement solidaire au loin de ces personnes. Colette s’implique aussi au sein du groupe Racef pour des interviews et reportages.

Clarisse Érimée, fmj
Je m’appelle Clarisse Érimée, j’ai 48 ans, je suis originaire de la Martinique. Je fais partie de la Famille Marie-Jeunesse depuis 18 ans. Jésus ressuscité et Marie tiennent une place importante dans mon cheminement spirituel et dans mes représentations graphiques et picturales. La Parole de Dieu est la source de mon inspiration. La prière et la musique sacrée m’accompagnent dans mes créations spontanées.

Plus d’informations seront fournies prochainement.

 

Plus d’informations seront fournies prochainement.

 

Le Réseau d’art chrétien et d’éducation de la foi (RACEF)  
Ce réseau québécois regroupe à  la  fois  des  artistes,  des  amoureux  de  l’art chrétien,  ainsi  que  des  personnes  œuvrant  dans la pastorale. Toutes ces personnes ont en commun de voir le grand potentiel de l’art au sein des pratiques catéchétiques et du cheminement spirituel des personnes.

Office de catéchèse du Québec (OCQ)
L’Office de catéchèse du Québec (OCQ) a été institué par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) pour le service des Églises diocésaines dans l’accomplissement de leur mission catéchétique.

Mission chez nous
Mission chez nous est une œuvre qui a pour objectif de sensibiliser un large public aux réalités autochtones. Elle veut favoriser le rapprochement entre les cultures en contrant les préjugés et en favorisant le dialogue. Elle veut offrir son soutien, matériel autant que moral, aux communautés autochtones et inuites du territoire que nous appelons aujourd’hui le Québec. Mission chez nous est une œuvre de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec et un organisme sans but lucratif.

Centre canadien d’œcuménisme
Au Canada, le Centre est un pionnier dans les dialogues interreligieux. Dès 1960, le Centre a formellement initié un dialogue judéo-chrétien, qui continue d’être un modèle pour l’établissement d’autres dialogues interreligieux à travers le pays. Aujourd’hui, le Centre fait valoir son rôle en tant que participant principal dans les dialogues interreligieux et chrétiens au niveau national et régional.

 

« À l’écoute des Évangiles », un site de partage de la Parole et des images des Évangiles qui invite des personnes isolées de retrouver une communauté de partage en ligne avec laquelle approfondir la lecture des textes et images des Évangiles. Cette initiative cherche à rassembler les témoignages et créations de personnes de divers âges, milieux sociaux, cultures et horizons, chacune apportant sa propre conviction, son propre charisme et son propre don, afin de mieux entendre et actualiser la Parole.

Pasto Art Mobile – Ce service de pastorale mobile par le biais des arts est né de l’intuition et de la réflexion d’un groupe d’artistes et d’agents de pastorale désirant utiliser l’art comme pédagogie et moyen pour aborder et méditer la Parole de Dieu, vivre des temps de pastorale, de prière et de contemplation.

Cette approche est implantée en milieux autochtones depuis quelques années.

Voix et Couleurs Nouveaux Médias
Des créations collaboratives, libres et sans frontières, pour prendre soin de notre héritage commun, de notre humanité dans toute sa diversité, et de notre terre! Cet organisme favorise l’utilisation des logiciels libres et partage son expérience au moyen d’ateliers en ligne.