Voici, un article de la chronique « Au Sanctuaire » de la Revue Notre-Dame-du-Cap publié dans le numéro de juin 2021 écrit par Normand Provencher, O.M.I.

Thème de la Neuvaine de l’Assomption 2021: Vivre autrement

Cette année, le thème de la Neuvaine de l’Assomption, «Vivre autrement », prend en compte la pandémie, qui ne sera pas totalement terminée au mois d’août. Le confinement a forcé la société et l’Église à s’arrêter et à se poser des questions sur leur présent et leur avenir. Crise sociale, ecclésiale, mondiale, mais aussi crise personnelle pour la majorité d’entre nous. En sortirons­-nous diminués ou plus humains et plus chrétiens ? On ne pourra pas retrouver le passé tel qu’on l’a vécu. Et c’est tant mieux. Le temps est venu d’Accueillir la vie d’après (titre du livre de Mgr Marc Pelchat). 

SAMEDI 7 AOÛT: Un nouveau départ
La pandémie nous transforme et nous fait prendre conscience de nos fragilités et de nos solidarités, avec nos proches comme avec tous les humains. Nos certitudes et nos habitudes sont ébranlées. Nous ne devons pas revenir comme avant. Au contraire, l’heure est venue de faire du neuf et d’ouvrir des chemins d’avenir prometteurs. Avec lucidité et audace, nous sommes appelés à vivre autrement notre humanité et notre foi chrétienne, à faire de cette pandémie un tournant salutaire pour la société, la famille, l’Église et pour chacun et chacune de nous.

DIMANCHE 8 AOÛT: Encore plus solidaires
La pandémie nous a fait redécouvrir notre fragilité dans tous les domaines, mais aussi la beauté et la richesse de l’humanité. D’une manière toute spéciale, le dévouement du personnel soignant, risquant sa santé pour secourir les victimes. Pour tous, la solidarité a pris la forme de la mise en pratique des normes sanitaires. La pandémie a fait resurgir l’entraide afin de vivre notre
humanité de manière nouvelle et de combattre les inégalités sociales. Nous devons déplorer le fait que des riches soient devenus plus riches et que des pauvres soient devenus plus pauvres. Comment devenir le prochain de ceux et celles qui souffrent? 

LUNDI 9 AOÛT: Prendre soin de notre planète
La vie belle, généreuse et variée abonde sur notre terre, mais nous sommes en train de la détruire pour combler notre insatiable besoin de confort. Un coronavirus ébranle nos sociétés et menace l’avenir de notre «maison commune». Nous sommes appelés à vivre plus simplement, en consommant moins, et dans une merveilleuse harmonie avec la nature, les autres et le Dieu Créateur. L’avenir de la planète, la justice envers les pauvres et la recherche de la paix entre les nations sont des réalités inséparables.

MARDI 10 AOÛT: Avec les aînés
La pandémie nous a fait réaliser que les personnes âgées sont souvent laissées de côté. Pourtant, elles sont dotées d’une riche expérience de vie et ont un rôle prophétique à exercer, car elles savent discerner l’essentiel dans un monde agité. Nous leur devons beaucoup. Les aînés assurent la connexion entre les générations, étant les racines qui fondent la continuité de la vie et des valeurs, aussi bien dans la société que dans l’Église. Les nations autochtones ont beaucoup à nous apprendre sur la place réservée aux aînés dans leur culture.

MERCREDI 11 AOÛT:  Redécouvrir la famille
Durant le confinement, des familles ont vécu une proximité qui favorise l’amour et le soutien mutuel. Cette situation a aussi mis au jour les frictions et les blessures qui marquent chacune des familles. Nous avons le défi de redécouvrir l’importance et le rôle de la famille dans le monde moderne, et l’Église comme lieu d’apprentissage des valeurs premières qui nous guident dans la vie. Le pape François a décrété une année consacrée à la famille du 19 mars 2021 au 26 juin 2022.

JEUDI 12 AOÛT: Vers une Église en mission
En raison du confinement, ni rassemblements, ni catéchèse, ni célébrations eucharistiques, ni sacrements, ni quêtes. Mais l’urgence du moment n’est pas d’ouvrir les églises pour offrir les célébrations de la messe et des sacrements aux fidèles qui s’attendent à retrouver ce qu’ils ont toujours fait. C’est un appel à faire une Église moins cléricale, ouverte à tous ceux et celles qui sont à la recherche du spirituel et engagés dans le service auprès des démunis aux multiples visages. Le temps est venu d’une Église de la sortie, dans le monde réel où Dieu est bien présent et nous attend.

VENDREDI 13 AOÛT: Retrouver le chemin de l’intériorité
La pandémie a obligé tout le monde à ralentir, à changer de rythme. Soudain, on avait du temps, du temps pour réfléchir: dans quelle direction va ma vie ? Mes énergies s’éparpillent; j’ai besoin de reposer mon cœur. Savourer des moments de silence, reprendre des lectures nourrissantes, marcher dans la nature… En cela, la pandémie a été un vrai cadeau pour plus d’un qui a retrouvé le chemin d’une conversation avec son Créateur. Qu’est­-ce que nous choisissons de continuer au fil des jours, comme individu et comme communauté?

SAMEDI 14 AOÛT: Et Dieu dans tout cela?
Un virus microscopique a réussi à fermer les lieux de culte partout dans le monde. Nous croyons «en un seul Dieu, le Père tout­puissant ». Sa puissance n’est pas domination arbitraire pour nous punir, elle est celle du Père qui veut que tous les humains soient heureux. Ce Dieu d’amour souffre avec ceux et celles aux prises avec ce fléau et intervient par les hommes et les femmes qui consacrent leurs énergies à la lutte contre la COVID­-19. Dieu et Marie ont bien des manières – hors des murs de nos églises – d’atteindre les cœurs, de les éclairer, de les guérir et de leur apporter la paix.

DIMANCHE 15 AOÛT: Marie de l’Assomption, la femme de tous les commencements
Marie est la femme accomplie qui ne cesse de louer le Dieu qui « renverse les puissants de leur trône, élève les humbles, comble de bien les affamés et renvoie les riches les mains vides ». Notre­Dame du Cap a toujours les yeux grand ouverts sur ses enfants. Elle nous a rendu visite sans prononcer une parole, nous invitant à l’écoute de son Fils, attentif aux cris du monde. Elle habite ici un sanctuaire et des jardins qui sont un précieux havre de paix pour des milliers de personnes en recherche de sens et de guérison.